Espace adhrent
Page d'accueil > Rencontres et débats > Rexecode dans les médias > Pacte de compétitivité, CICE et coût du travail : l'évaluation de Coe-Rexecode dans les médias

Pacte de compétitivité, CICE et coût du travail : l'évaluation de Coe-Rexecode dans les médias

Evaluation de la répartition sectorielle du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi - Novembre-Décembre 2012

13/12/2012

Les-echos-article-credit-d-impot

Les Echos, 20 novembre 2012
Crédit d'impôt : qui seront les gagnants
"L'industrie toucherait 20% des allégements, mais le gain du commerce serait aussi important. Le crédit d'impôt ne cible donc pas uniquement les secteurs les plus exposés à la concurrence internationale. "Cela démontre à quel point ce dispositif est tout autant une mesure de soutien à la compétitivité des entreprises qu'à l'emploi", souligne Michel Didier, président de Coe-Rexecode." M. Bellan, F. Schaeffer

voir aussi: les interviews radios-tv de Michel Didier, Denis Ferrand, Michel Cicurel

Le Point, 12 décembre 2012
Entreprises : le gouvernement a donné d'une main ce qu'il a pris de l'autre
"Le crédit d'impôt décidé ne fait que compenser les hausses de prélèvements déjà votées. Pour une efficacité contestée. Et il n'est pas sûr que le CICE qu'ils financent permette de redresser l'industrie..."Pour cibler l'industrie, il aurait fallu cibler des salaires plus élevés que 2,5 smic", explique Pascale Scapecchi, économiste à Coe-Rexecode." Marc Vignaud

Usine Nouvelle 6/12 décembre 2012
Le Crédit d'impôt amendé plus favorable à l'industrie
"En examen au parlement, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi devrait être au final plus favorable aux entreprises industrielles. L'industrie devrait capter au total 4,6 milliards d'euros, soit une baisse de 2,7% du coût du travail pour les entreprises du secteur, selon Coe-Rexecode." Solène Davesne

Challenges, 6/12 décembre 2012
Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi déçoit
"le CICE, applaudi à droite el validé à gauche, reçoit une volée de bols vert des experts. Pour des raisons parfois contradictoires. "Pour cibler l'industrie, il aurait fallu aller jusqu'à 3,5 smic, comme le proposait le rapport Gallois ", avance Pascale Scapecchi, économiste à COE-Rexecode" Thierry Fabre

Challenges, 6/12 décembre 2012
Sortons du discours tout-industrie
"Il ne faut pas trop attendre du crédit d'impôt pour la compétitivité. Cet allégement de charges des entreprises est d'une grande ampleur (20 milliards d'euros, soit 1% du PIB), mais il s'agit d'une mesure de court terme qui, en elle-même, ne peut pas restaurer notre compétitivité, ni redresser notre balance commerciale. D'abord, elle aide relativement peu l'industrie (20% du total selon COE-Rexecode)..." Mathieu Crozet, économiste, Ecole d'Economie de Paris - CEPII

Usine Nouvelle, 6 décembre 2012
Crédit d'impôt : vitesse ou précipitation ?
Ce dispositif a été voté le 4 décembre 2012 par les députés . Comment, à qui et à quoi vont exactement être affectées les sommes en jeux ? tribune de Jean-Camille Uring, président du Syndicat des machines et technologies de production ( Symop )

LSA.fr, 5 décembre 2012
Le Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) est adopté par l’Assemblée nationale
"Les députés ont adopté hier le CICE par voie d’amendement dans le projet de loi de finances rectificative. L’industrie sera le premier secteur bénéficiaire en percevant plus de 20 % du produit du crédit d’impôt...Une étude du Coe-Rexecode montre cependant que le commerce et les sociétés de services aux particuliers ou aux entreprises seraient les premières bénéficiaires de la mesure. Un amendement a également été adopté pour le secteur non lucratif (associations et coopératives) qui verra des allégements de charge grâce à un abattement des taxes sur les salaires" Sylvain Aubril

L'Humanité, 4-5 décembre 2012
Et si le Cice passait à côté du but affiché : le crédit d'impôt compétitivité va profiter à ceux qui n'en ont pas besoin
L'Assemblée nationale a adopté mardi soir le crédit d'impôt compétitivité emploi de 20 milliards d'euros pour les entreprises destiné à renforcer la compétitivité et l'emploi. Une étude de l’institut patronal Rexecode montre pourtant qu'il profiterait davantage aux secteurs non délocalisables et peu concurrentiels qu’à l’industrie. Yves Housson

L'Humanité, 27 novembre 2012
Le pacte de compétitivité entre mystification et aveuglement stratégique
"...parmi l'ensemble des secteurs d'activité, l'industrie, secteur confronté à la concurrence internationale, devrait être l'un de ceux qui tireraient le moins parti du crédit d'impôt. (...) En vérité, le dispositif gouvernemental constitue un plan de soutien sans précédent aux profits." Chronique de Pierre Ivora

La Tribune.fr, 26 novembre 2012
Compétitivité : et si le gouvernement se trompait d'objectif ?
Selon les calculs de l'institut Rexecode, les secteurs non délocalisables et peu concurrentiels seraient les principaux bénéficiaires du crédit d'impôt pour l'emploi et la compétitivité. Dans ce contexte, avec le CICE, c’est bel et l’emploi qui serait la priorité du gouvernement, la compétitivité étant reléguée au second plan. C’est bien le drame de la rigueur. Entre sauver le présent ou préparer l’avenir, le gouvernement a dû malheureusement faire un choix. Fabien Piliu

20 minutes, 21 novembre 2012
Pacte de compétitivité: A quelles entreprises va-t-il profiter ?
"Ce serait le commerce et la construction qui profiteraient de l’impact le plus élevé en termes de réduction du coût salarial, puisqu’ils rémunèrent moins leurs salariés. Et ces secteurs ne sont pas ceux qui se révèlent les plus exposés à la concurrence internationale… "

La Croix, 21 Novembre 2012
Les clés d'un retour au triple A
Michel Didier, Coe-Rexecode.: "C'est la première fois qu'il y a un consensus entre la droite et la gauche pour constater qu'il v a un problème de coût du travail en France". Nathalie Birchem, Mathieu Castagnet, Pierre Cochez

Die Presse, 21 novembre 2012
Wie groß ist die "Grande Nation"?
"Die Arbeitskosten sollen um sechs Prozent sinken. Experten bezweifeln diese Zahlen. Laut dem arbeitgebernahen Institut COE-Rexecode wird der Faktor Arbeit dadurch um 2,7 Prozent billiger"

Le Monde.fr, 20 novembre 2012
Plan de compétitivité : un petit pas pour faire baisser le coût du travail
"C'est la première mesure significative de baisse des charges depuis des années", a certes déclaré son président Michel Didier, lundi 19 novembre. Cependant, le crédit d'impôt ne devrait alléger le coût du travail en France que de 2,7 %, selon les calculs de COE-Rexecode." Denis Cosnard

Usine Nouvelle, 20 novembre 2012
Crédit d'impôt compétitivité : une baisse du coût du travail de 2,4 % dans l’industrie selon COE-Rexecode
"Michel Didier, se félicite "que pour la première fois, on reconnaisse le problème du coût du travail en France". "Cela va dans la direction, mais la baisse des charges n’est qu’une amorce, ce n’est pas une réforme structurelle", "Il faut un accord de Pforzheim à la française" juge encore Michel Didier, du nom de l’accord conclu entre patronat et syndicat de la métallurgie allemande en 2004 pour permettre les accords d’entreprises."

Le Figaro Economie, 20 novembre 2012
Le crédit d'impôt compétitivité bénéficierait davantage aux services
"Selon Coe-Rexecode, seuls 4 des 20 milliards du dispositif du premier ministre iraient effectivement à l'industrie." Marie Visot

Europe 1.fr, 20 novembre 2012
A qui profite le Pacte de compétitivité ?
"Le "crédit d'impôt compétitivité" est-il à côté de la plaque ? Alors que le gouvernement comptait dessus pour enrayer la désindustrialisation de la France, une étude de l'institut de recherche économique Coe-Rexecode montre que l'industrie pourrait ne bénéficier que partiellement de la mesure phare du Pacte de compétitivité." Thomas Morel

LSA.fr, 20 novembre
Le crédit d'impôt promis par le gouvernement serait très favorable au commerce
Le "crédit d'impôt compétitivité emploi" (CICE), annoncé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, serait très favorable au commerce et aux services, et moins à l'industrie, selon les calculs de Coe-Rexecode. Sylvain Aubril

Capital.fr, 20 novembre 2012
Les secteurs qui profiteront des allègements de charges annoncés par le gouvernement

Business Immo, 19 novembre 2012
Crédit d'impôt : après les services aux particuliers, le commerce et la construction sont les plus impactés
"Le fait que les salaires retenus par le gouvernement aillent jusqu'à 2,5 Smic au lieu du chiffre de 3,5 recommandé par l'ex-patron d'EADS, Louis Gallois et qui aurait atteint des secteurs de pointe et d'avenir, montre qu'il s'agit à la fois d'une "mesure de compétitivité et une mesure pour l'emploi", a constaté M. Didier.

AFP, 19 novembre 2012
Crédit d'impôt : impact le plus fort dans les services aux particuliers (étude)

Sipa, 19 novembre 2012
Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi: qui seront les gagnants ?
"Même si le dispositif n'est pas encore connu avec précision, COE-Rexecode a fait ses calculs: l'industrie, le commerce et les services aux entreprises forment le tiercé gagnant".

Michel Cicurel, président de MC Conseil et vice-président de Coe-Rexecode
"Avec le CICE, on va rendre 20 milliards aux entreprises, c'est encourageant, mais c'est beaucoup moins que ce qui leur a été pris depuis la mise en place des 35 heures." BFM - Good Morning Business, 4 décembre 2012

Michel Didier : Le budget 2013 doit être au diapason du nouveau cap fixé en matière de compétitivité , Radio Classique, Invité Business, 20 novembre, 7h45

Denis Ferrand livre les résultats de l'enquête Compétitivité 2012 sur BFM Business , Good Morning Business, Stéphane Soumier, 19 novembre 2012

Michel Didier invité du Club de l'Economie sur LCI (débat sur le pacte de compétitivité et sur l’économie française), 18 novembre 2012

voir aussi le rapport Compétitivité 2012 dans les médias

Actualités