Espace adhrent
Page d'accueil > Analyses et prévisions > A-noter > Législatives 2024 - Situation et défis de l’économie française

Législatives 2024 - Situation et défis de l’économie française

- Juin 2024

27/06/2024

Aussi soudaine que brève, la campagne des Législatives a jusqu'ici laissé peu de place au débat économique de fond. Il nous semble peu utile d'effectuer un chiffrage de plus ou d’analyser l’impact de mesures et de programmes bâtis à la hâte, d'autant que la fuite en avant budgétaire qui est leur trait commun risque de les rendre rapidement caduques. Nous privilégions la description chiffrée et rigoureuse de la situation de l’économie française et des défis qui l’attendent, depuis l'état des finances publiques, en passant par la compétitivité industrielle, l'emploi ou le changement climatique.

illustration France

Aussi brève que soudaine, la période électorale ouverte le 9 juin a jusqu'ici laissé peu de place au débat économique de fond. Certes utile pour fixer des ordres de grandeur, le chiffrage budgétaire de programmes bâtis à la hâte s’est substitué à une véritable analyse économique des propositions avancées, à commencer par le diagnostic préalable de la situation économique de la France.

Apprécier la pertinence de programmes à l’aune des montants en jeu ne dit rien de la réaction de l’économie aux chocs administrés

L'effet des mesures dépend de la situation économique: soutenir massivement la demande risque ainsi de générer peu de bénéfices dans la situation de difficultés de recrutement et de déficit d'offre qui caractérise aujourd'hui la France.

Il faut aussi tenir compte des enchaînements macroéconomiques et des comportements des acteurs privés: une forte hausse de la fiscalité aura tendance à en réduire l'assiette, et ce d'autant plus que celle-ci est très mobile au sein de l'Union européenne. Qui se rappelle que le programme fiscal de François Hollande était parfaitement chiffré en 2012? - à l'évaporation des bases fiscales près et sans jamais faire état de son caractère anti-économique.

Une réalité incontournable: la France doit respecter ses engagements budgétaires européens

Avant de considérer de nouvelles dépenses publiques, même “financées”, notre attention devrait aussi se porter sur les leviers d'économies. La France devra effectuer 20 milliards d'euros d'effort budgétaire structurel chaque année d'ici 2027 pour inscrire ses comptes publics sur une trajectoire conforme aux engagements pris dans le cadre des traités européens. Il faut aussi collectivement admettre le rôle protecteur de l'euro, sans lequel la France ferait sans doute face à la pression des marchés, et qui est la contrepartie de nos engagements européens.

Dans ce contexte, il nous a semblé peu pertinent d'effectuer un chiffrage de plus ou d’analyser l’impact de mesures et de programmes ficelés à la hâte, d'autant que la fuite en avant budgétaire qui est leur trait commun risque de les rendre rapidement caduques.

L'objet de Rexecode est d'analyser et de proposer des mesures de politique économique de nature à favoriser la prospérité économique de notre pays et le développement de ses entreprises. Notre démarche est fondée sur l’observation et la description rigoureuse de la situation économique et notre contribution au débat actuel s’inscrit dans cette ligne, avec l'analyse de la situation initiale de l’économie française et des défis qui l’attendent.

Nous revenons sur les progrès des dernières années comme sur certains manques criants, sur des thèmes clés tels que la croissance et le pouvoir d’achat, la productivité et les salaires, les inégalités, la compétitivité, les compétences et la capacité d’innovation, les finances publiques, l’environnement et la décarbonation.

Le fil rouge de notre présentation est que, loin d’être un préalable, le pouvoir d’achat qui s’est imposé comme le thème central du débat, procède d'abord de la capacité créatrice, de la production, du travail, des gains de productivité qui irriguent l’économie.C'est dans les conditions de la formation d’une offre compétitive que se résout l’aptitude de l’économie à servir le bien commun qu’est la prospérité de la société, dans le respect de l’environnement et de nos engagements pour le climat comme vis-à-vis de nos partenaires européens.

Table des matières :

I. Conjoncture économique

II. Croissance, Pouvoir d’achat du revenu des ménages

III. Emploi, productivité

IV. Inégalités

V. Compétitivité, réindustrialisation

VI. Compétences, R&D

VII. Finances publiques

VIII. Energie, décarbonation

Annexe : Programmes des principaux partis (Nouveau Front Populaire, Ensemble, Les Républicains, Rassemblement National)

1. Programmes sur l’emploi, le marché du travail, le pouvoir d’achat et les salaires
2. Programmes sur les retraites et la fiscalité
3. Programmes sur l’éducation et le logement
4. Programmes sur le commerce extérieur, la compétitivité, la décarbonation et l’énergie

Actualités

Etudes pour le débat public