Espace adhrent
[Documents de travail]

L’essor du numérique est favorable à la croissance et à la réduction de l’empreinte carbone de la France

20/01/2022

La part des émissions de gaz à effet de serre du numérique dans l’empreinte carbone de la France est deux fois plus faible qu’au niveau mondial et pour deux-tiers importée. Cette sobriété apparente reflète le retard relatif du développement du numérique en France, retard qui prive le pays d’environ 0,2 point de croissance par an. Réduire l’investissement dans le numérique pour réduire les émissions serait une option très coûteuse car, en plus d’être un moteur de croissance, le numérique est un allié de la décarbonation de l’économie.

montage des photos de Ian Battaglia et Todd Quackenbush (Unsplash)
[Enquête Trésorerie Grandes entreprises et ETI]

L’opinion sur la situation de la trésorerie d’exploitation des grandes entreprises et des ETI rebondit nettement

17/01/2022

L’opinion des trésoriers des grandes entreprises et des ETI sur la situation de trésorerie d’exploitation rebondit pour le deuxième mois consécutif en janvier (+5,4 points par rapport à décembre). Cette dernière est perçue comme très favorable par rapport à sa moyenne de long terme. Le jugement sur l’évolution de la trésorerie globale connaît un très vif rebond en janvier (+9 points), d’après les résultats préliminaires de l'enquête.

Enquete trésorerie janvier 2022
[Rexecode dans les médias]

De l'énergie en 2021 à l'alimentation en 2022: l’inflation est plus une affaire de capillarité que de chocs successifs

17/01/2022

Denis FERRAND

La hausse des prix à la consommation est partie pour changer de carburant en 2022. Elle sera probablement moins liée à la hausse des prix énergétiques et davantage issue de l’alimentaire, des produits manufacturés, voire des services consommés par les ménages. Cette décomposition de la hausse des prix d’ensemble pourrait suggérer à tort que les prix sont isolés les uns des autres. Au contraire, de puissants effets de capillarité s’exercent. La relation entre prix de l’énergie et prix des produits alimentaires l'illustre bien.

Photo Taylor Siebert, Unsplash
[Perspectives économiques]

Perspectives de l'économie mondiale 2022-2023: des prix plus hauts, moins de croissance

22/12/2021

A l’heure où l’économie mondiale sort progressivement de sa phase de rebond, les inconnues ont rarement été aussi nombreuses, sans parler de la pandémie elle-même. Elles concernent l'ampleur du déblocage de l’épargne, l'orientation des politiques budgétaires et monétaires, les réactions des marchés financiers, et plus encore, le mécanisme d’indexation des prix puis des salaires sur les coûts. Nous privilégions un scénario de ralentissement marqué de la croissance, dans lequel la hausse des prix ne déraperait pas en spirale inflationniste, mais serait durablement plus forte.

Rexecode Perspectives décembre 2021
[Rexecode dans les médias]

Compétitivité, coût et mobilisation du travail: vingt ans de divergences entre la France et l'Allemagne

25/11/2021

Denis FERRAND Emmanuel JESSUA

La perte de compétitivité est un fait économique majeur des deux dernières décennies en France. Etroitement liée à une désindustrialisation plus forte que dans les autres grands pays de la zone euro, elle est le principal facteur de divergence de niveau de vie par rapport à l’Allemagne, et de maintien d’un chômage de masse. Après la dégradation de leur compétitivité-coût au début des années 2000, nombre d’entreprises industrielles n’ont en effet pas résisté à la compression de leurs marges. Les autres ont "survécu" grâce à une substitution accrue du capital au travail, au détriment des salariés les moins qualifiés.

Indice des exportations de biens et services rapportées à celles de la zone euro (graphique)
[Enquête Trésorerie, Investissement et Croissance des PME]

TPE et PME confirment une situation de trésorerie favorable et des intentions d’investissement solides

18/11/2021

Interrogés fin octobre, les dirigeants de TPE et PME confirment une situation de trésorerie favorable et des intentions d’investissement solides alors que les conditions d’accès au crédit restent très aisées. Ils se montrent toutefois un peu plus réservés qu’à la rentrée sur l’évolution attendue de leur trésorerie, dans un contexte de hausse des prix des matières premières et de l’énergie et de retrait progressif des soutiens publics. Les contraintes de production (coûts, difficultés de recrutement et d'approvisionnement) ont clairement pris le pas sur les contraintes de demande.

Baromètre TPE-PME nov. 2021 Trésorerie
[Enquête Trésorerie, Investissement et Croissance des PME]

Les difficultés de recrutement sont redevenues le principal frein à la croissance des PME en France

18/11/2021

Dans un contexte de redémarrage de l'activité et de l'emploi, 73% des PME/TPE interrogées en octobre ont souhaité recruter au cours des 12 derniers mois. Parmi elles, 79% ont été confrontées à des difficultés, une proportion légèrement supérieure à celle relevée avant la crise du Covid. Alors qu'un peu plus du tiers des postes à pourvoir sont vacants depuis plus de 6 mois, ces difficultés affectent le développement de l’activité d'une majorité des entreprises concernées.

focus Recrutement (BPI/Rexecode, nov 2021)
[Documents de travail]

Perspectives économiques et budgétaires 2022: le piège des conflits d'objectifs

26/10/2021

Rexecode présente ses perspectives économiques pour la France, l'analyse détaillée du projet de Loi de Finances pour 2022, qui permet notamment d'observer la dérive des finances publiques par rapport à la programmation initiale du quinquennat, ainsi que l’impact de ces prévisions sur les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

France - Prévisions de croissance du PIB en volume  Rexecode (sept. 2021)/Gouvernement (PLF 2022)

Actualités

Etudes pour le débat public