Espace adhrent
Rester connecté
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Perspectives économiques et Bilan de l'année

Perspectives économiques et Bilan de l'année

Notre scénario pour l'économie mondiale

• Prévisions à court terme

chaque trimestre, notre scénario à deux ans pour l'économie mondiale, européenne et française

• Perspectives à moyen terme

en mars, l'exercice est étendu à quatre ans et à des enjeux structurels

• Bilan de l'année

en janvier, la synthèse des grands événements et tendances économiques de l'année passée.

Réservé aux adhérents :

connectez-vous ou contactez-nous pour plus d'information.

Perspectives économiques

Chaque trimestre la direction de la conjoncture de Rexecode présente en exclusivité à ses adhérents ses prévisions à deux ans pour l'économie mondiale et l'économie française. Une fois par an, en m...

    Perspectives économiques 2019-2020: l'atterrissage de la croissance mondiale

    - Décembre 2018

    14/12/2018

    Deux scénarios se dessinaient fin 2017. Dans le premier, la croissance restait vive, exacerbant les tensions au risque d'une rechute brutale. Dans le second, un ralentissement spontané permettait de dénouer les tensions, limitant la remontée des taux d’intérêt. En 2018, les Etats-Unis ont suivi le premier scénario et la plupart des autres économies le second. L’économie américaine ralentira à son tour en 2019 et 2020, sans basculer en récession. L'économie mondiale reviendra sur un rythme de croissance amorti, proche des potentiels dans la plupart des économies.

    Croissance du PIB en volume prévisions rexecode dec 2018

    • Les Etats-Unis peuvent-ils faire cavalier seul ?

    La croissance américaine a clairement dénoté en 2018, grâce notamment à l’impact à court terme de la réforme fiscale. La stimulation par la dépense publique prendra le relais en 2019, mais à une échelle plus modeste. La remontée des taux d'intérêt, qui affecte déjà l'investissement en logement, érode la compétitivité externe en contribuant à soutenir le dollar.

    Un fort ralentissement est probable, mais pas une récession, les déséquilibres réels semblant contenus. L'accélération salariale n'affecte pas pour l'heure les résultats des entreprises et la politique monétaire reste accommodante.

    • Le tempo lent des émergents dans le sillage de la Chine

    Les chocs de change, associés au renchérissement de l’accès au financement en dollar, ont amputé le pouvoir d’achat international des économies concernées et poussé les plus fragiles vers la récession (Argentine, Turquie). La plupart des pays émergents connaîtront une nouvelle modération de leur croissance en 2019, dans le sillage de la Chine. Le levier de la dépense publique devrait éviter un retournement trop marqué de l'activité chinoise, mais son pilotage sera délicat vu les niveaux d'endettement privés et publics et l'apparition probable d'un déficit courant en 2019.

    • Retour au potentiel en zone euro

    Point favorable, la hausse des prix de l'énergie qui a freiné la croissance européenne en 2018 ne se reproduirait pas en 2019, tandis que la dépréciation de l'euro courant 2018 offrira un peu de répit à la compétitivité. La dynamique salariale devrait soutenir à terme la consommation, mais les faibles gains de productivité réduisent le potentiel de rebond de la zone euro. Les risques politiques et l'incertitude autour du Brexit restent prégnants.

    Voir aussi

Perspectives économiques à moyen terme

Une fois par an, en mars, l'équipe conjoncture étend son exercice de prévision pour l'économie mondiale à un horizon de 5 ans. Le dossier des Perspectives à moyen terme comprend un scénario central...

Bilan de l'année

En janvier, une vision synthétique de l'année économie et financière passée au niveau mondial et régional, complétée par une annexe statistique.Publication réservée aux adhérents.

    Bilan de l'année 2017 : les nuages se sont dissipés

    - Janvier 2018

    10/01/2018

    Les nuages qui s’amoncelaient sur l’économie mondiale au début de l’année se sont progressivement dissipés et la croissance a finalement dépassé en 2017 celle de 2016 ainsi que sa tendance longue. La résurgence de l'inflation attendue sur les prix des biens et services ne s'est pas manifestée, elle a en revanche été très marquée sur les prix des actifs.

    Photo by Andrew Ruiz on Unsplash

    Les motifs d’inquiétude ne manquaient pas au début de l’année 2017 : remontée des taux et des cours pétroliers, aléas politiques en Europe, atonie du commerce mondial, endettement chinois, etc.

    La plupart de ces nuages se sont dissipés en cours d’année et le rythme de croissance de l'économie mondiale (estimé à 3,6% en 2017) a dépassé celui de 2016 et sa tendance longue (3,3% en moyenne depuis 1974).

    Le consommateur américain est resté au rendez-vous, quitte à réduire fortement son effort d’épargne. Les entreprises ont retrouvé le chemin de l’investissement aux Etats-Unis et en zone euro. Surtout, la Chine n'a pas flanché, contribuant deux fois plus à la croissance mondiale que les Etats-Unis et la zone euro réunis.

    • L’année 2017 est probablement celle d’un basculement dans le policy-mix classique du pilotage macro-économique. Les discours sur la normalisation très progressive des politiques monétaires ont été plus audibles, tandis que ceux sur la relance budgétaire sont réapparus, en particulier aux Etats-Unis.

    • L'inflation a été l’une des grandes absentes de 2017. Si la hausse des prix à la consommation a été partout un plus plus forte qu’en 2016 (à l’exception notamment du Brésil), c’est surtout en raison du sursaut temporaire des prix de l’énergie fin 2016. L’inflation de base n'a en revanche pas varié en zone euro et baissé aux Etats-Unis. La boucle salaires-prix ne s'est pas enclenchée.

    • La hausse des prix des actifs a par contre été très marquée. La capitalisation boursière mondiale a connu sa plus forte hausse depuis 2009 (+22,5% entre les mois de décembre 2016 et 2017). Les prix des actifs immobiliers ont largement dépassé les marques inscrites en 2006, que ce soit en zone euro, au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis. L'emballement s'est étendu au bitcoin, dont il est encore trop tôt pour dire si 2017 aura marqué le début d’une empreinte forte dans le système monétaire.

    Table des matières :

    1. L’économie mondiale en 2017 : les risques ont été endigués

    - Etats-Unis : le cycle économique a joué les prolongations

    - Japon : un sursaut de croissance éphémère

    - Zone euro : la reprise a pris de l’ampleur

    - Allemagne : la croissance accélère, pas l’inflation

    - France : une reprise qui se heurte à des problèmes d’offre

    - Italie : une reprise sous surveillance

    - Espagne : vers un ralentissement progressif

    - Royaume-Uni : le poids des incertitudes liées au Brexit

    - Asie émergente : le commerce extérieur en soutien

    - Europe émergente : reprises hétérogènes

    - Amérique latine : pas d’accélération de la croissance en vue

    2. Les marchés financiers en 2017 : les taux en retrait du pétrole et des bourses

    - Marchés boursiers : reflets d’une conjoncture favorable

    - Taux d’intérêt : une normalisation prudente

    - Changes : l’année du retournement du dollar

    - Matières premières : rééquilibrage progressif du marché pétrolier

    Tableaux
    Graphiques

Actualités

Ne manquez pas