Espace adhrent
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Perspectives économiques et Bilan de l'année

Perspectives économiques et Bilan de l'année

Notre scénario pour l'économie mondiale

• Prévisions à court terme

chaque trimestre, notre scénario à deux ans pour l'économie mondiale, européenne et française

• Perspectives à moyen terme

en mars, l'exercice est étendu à quatre ans et à des enjeux structurels

• Bilan de l'année

en janvier, la synthèse des grands événements et tendances économiques de l'année passée.

Réservé aux adhérents :

connectez-vous ou contactez-nous pour plus d'information.

Perspectives économiques

Chaque trimestre la direction de la conjoncture de Rexecode présente en exclusivité à ses adhérents ses prévisions à deux ans pour l'économie mondiale et l'économie française. Une fois par an, en m...

    Perspectives de l'économie mondiale 2022-2023: des prix plus hauts, moins de croissance

    - Décembre 2021

    22/12/2021

    A l’heure où l’économie mondiale sort progressivement de sa phase de rebond, les inconnues ont rarement été aussi nombreuses, sans parler de la pandémie elle-même. Elles concernent l'ampleur du déblocage de l’épargne, l'orientation des politiques budgétaires et monétaires, les réactions des marchés financiers, et plus encore, le mécanisme d’indexation des prix puis des salaires sur les coûts. Nous privilégions un scénario de ralentissement marqué de la croissance, dans lequel la hausse des prix ne déraperait pas en spirale inflationniste, mais serait durablement plus forte.

    Rexecode Perspectives décembre 2021

    En cette fin d'année 2021, après la Chine et les Etats-Unis, les pays européens ont à peu près retrouvé leur niveau de production antérieur à la crise sanitaire. Cependant, aucune région du monde n’a atteint le niveau de PIB anticipé il y a deux ans, ce qui laisse une perte de revenu définitive qui pourrait peser sur les comportements futurs.

    Décisive pour atténuer les effets de la crise et accélérer le rebond, la réaction vigoureuse et générale des politiques budgétaire et monétaire laisse un déséquilibre profond des comptes publics et des bilans des banques centrales. Par ailleurs, le redémarrage vigoureux de la demande face à une offre encore contrainte a nettement déséquilibré les marchés des biens et entraîné un emballement des prix. La phase actuelle d’accélération de l’inflation fait peser une menace supplémentaire sur le régime de croissance en sortie de crise sanitaire.

    La croissance exceptionnelle enregistrée en 2021 est un rattrapage par nature temporaire. Elle n'augure pas d'une reprise, c’est-à-dire d’une période d’accélération progressive du rythme d’activité. Nous retenons au contraire qu’après l’effet du prélèvement de pouvoir d’achat lié au choc de prix, l’exercice des mécanismes de restauration de la situation de bilan privé comme public conduira un peu partout dans le monde à un ralentissement de la dépense en 2022. En conséquence, la croissance mondiale reviendrait à 4,1% en 2022 puis 3% en 2023, après 5,8% en 2021. La croissance française reviendrait à 3,7% en 2022 et à 0,7 % en 2023, après 6,8% en 2021.

    Ce ralentissement contribuera à atténuer les tensions sur l’offre et les pressions inflationnistes, notamment avec un reflux des prix des produits énergétiques, limitant ainsi la hausse des salaires. Toutefois, des facteurs plus structurels, en particulier la transition énergétique, feront que la hausse tendancielle des prix serait un peu plus forte qu’avant la pandémie de Covid.

    Voir aussi

Perspectives économiques à moyen terme

Une fois par an, en mars, l'équipe conjoncture étend son exercice de prévision pour l'économie mondiale à un horizon de 5 ans. Le dossier des Perspectives à moyen terme comprend un scénario central...

    Perspectives de l'économie mondiale 2022-2026: les conséquences de la guerre en Ukraine

    - Mars 2022

    21/03/2022

    Début 2022, la phase de fort rebond "post-Covid" se refermait après avoir déclenché une forte accélération des prix que la guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie ne peuvent que renforcer. La hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires, et la chute des revenus en provenance des deux pays, pèseront sur la croissance mondiale en 2022-2023. Sans oublier la hausse probable de l'épargne des ménages et l'érosion des marges des entreprises. S'il ne dégénère pas davantage, ce conflit ne remettra pas en cause la tendance de croissance à moyen terme. Faute de contre-choc, pétrolier notamment, l’environnement économique serait un peu plus durablement inflationniste.

    Prévisions de croissance France, zone euro, Monde 2022-2026 (prévisions Rexecode, mars 2022)

    Après la profonde récession provoquée par l'irruption du Covid-19, suivie d'un rebond tout aussi exceptionnel, un scénario avec moins de croissance et plus de prix se dessinait pour l’économie mondiale avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.

    Le conflit va accentuer ce mouvement par trois canaux immédiats: les échanges extérieurs, les flux de revenus, le choc de prix. Ces derniers occasionnent un choc ex-ante sur l’économie française de l'ordre de -0,7 à -1 point de PIB. Cet ordre de grandeur est un peu supérieur en Allemagne ou en Italie, moindre au Royaume-Uni, sans parler des Etats-Unis, beaucoup moins exposés.

    Mais l’onde de choc du conflit est plus large, empruntant d’autres canaux, de nature financière et liés à l’adaptation des comportements. De plus, les contraintes exercées par la pandémie de Covid ne sont pas totalement évacuées, notamment en Chine.

    Le scénario qui nous paraît le plus probable dans ce contexte extrêmement incertain tient en trois grands points:

    (1) accentuation du ralentissement économique déjà prévu dans nos perspectives de décembre,
    (2) montée des pressions inflationnistes et durcissement des politiques monétaires en réaction,
    (3) maintien des déficits publics à des niveaux très hauts pendant une période un peu plus longue.

    La croissance mondiale ralentirait à 3,0% en 2022 et 2,4% en 2023, contre respectivement 4,1% et 3,0% dans les prévisions de décembre, soit une révision de -1,7 point sur deux ans (dont 1 point en raison de la chute de la production en Russie et en Ukraine). Pour la France, notre prévision de croissance est revue à 2,9% en 2022, puis 0,4% en 2023 (-1,1 point sur deux ans).

    Au-delà de ces deux années, nous ne modifions pas notre point de visée à moyen terme pour la croissance mondiale.

Bilan de l'année

En janvier, une vision synthétique de l'année économie et financière passée au niveau mondial et régional, complétée par une annexe statistique.Publication réservée aux adhérents.

    Bilan de l’année 2021: Rebond, pénuries, chocs de prix

    - Janvier 2022

    21/01/2022

    Le rebond économique a été vif en 2021, notamment aux États-Unis et en Europe, mais les vagues de Covid ont encore rythmé l’activité. D’une part, les mesures sanitaires et les restrictions de la mobilité ont été régulièrement réactivées. D’autre part, les difficultés d’appariement d’offre et de demande se sont faites de plus en plus aigües, au point de contribuer au ralentissement de l’activité mondiale et à l’accélération des prix.

    Croissance du PIB en volume (Etats-Unis, Zone euro, Pays émergents) graphique

    Le rebond économique a été vif, notamment aux États-Unis et en Europe, et le redressement des échanges mondiaux rapide, mais tous deux ont été rattrapés par des contraintes matérielles.

    La restriction des interactions sociales a déformé la structure de la demande au profit des biens industriels en 2020 et début 2021, alors que l’offre était freinée par des problèmes d’approvisionnement propices à des chocs de prix, mais aussi par des difficultés de recrutement. Une boucle prix-salaires-prix semble amorcée aux Etats-Unis associée à une forte mobilité de la main d’œuvre, pas en zone euro.

    L’accélération généralisée des prix a entrainé un mouvement haussier des taux directeurs dans les économies émergentes, mais aussi en fin d’année dans certaines économies occidentales, dont le Royaume-Uni. La Fed a annoncé un tournant de ses politiques d’achats d’actifs et de taux, pas la BCE.

    Ce décalage des politiques monétaires a pesé sur la performance des places boursières émergentes quand celle des pays avancés battait des records. L’empreinte de la crise est aussi plus profonde dans les économies émergentes dont le PIB moyen reste en 2021 inférieur de 6% au niveau attendu avant la pandémie. L’écart est de 3 points dans les économies avancées (-1,5 aux États-Unis et -4 en zone euro) où les soutiens budgétaires ont été bien supérieurs.

    Table des matières :

    1. L’économie mondiale en 2021

    - États-Unis, début de "normalisation"
    - Zone euro, un retard en partie rattrapé
    - Allemagne,
    - France, une récupération rapide, incomplète et bridée
    - Italie,
    - Espagne, victime de sa spécialisation
    - Royaume-Uni, des difficultés renforcées par le Brexit
    - Japon, un rattrapage très incomplet
    - Asie émergente, demande intérieure pénalisée par la politique zéro-Covid
    - Amérique latine, des pressions inflationnistes intenses
    - Europe émergente, la Turquie dans la tourmente

    2. Les marchés mondiaux en 2021

    - Marchés boursiers, records battus pour les places des économies développées
    - Matières premières, la grande inflation
    - Taux d’intérêt, remontée des taux pour certaines Banques centrales
    - Changes, appréciation du billet vert

    Tableaux

    - Croissance du PIB et des importations de biens et services
    - Taux d’intérêt
    - Cours des actions
    - Taux de change du dollar américain
    - Cours des matières premières
    - Décisions de politique monétaire

    Graphiques

    - Taux des euro-devises
    - Taux des obligations d’Etat à 10 ans
    - Taux d’intérêt internes
    - Taux d’intérêt: zone euro
    - Cours du dollar
    - Cours de l’euro
    - Taux de change effectif nominal
    - Cours des actions: indices mondiaux
    - Cours des actions: principales place
    - Cours des actions: autres places européennes
    - Cours des actions: Asie
    - Cours des actions: Amérique et autres
    - Cours des actions: Europe de l’Est
    - Matières premières

Actualités

Etudes pour le débat public