Espace adhrent
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Veille documentaire

Veille documentaire

Etudes, rapports, sites web : la sélection de la semaine

La Documentation propose aux adhérents chaque début de semaine un bulletin de veille sur les enjeux économiques internationaux, les grandes zones et pays, les questions de politique économique, ainsi que des secteurs stratégiques.

Le document de la semaine fait la synthèse d'une publication jugée particulièrement intéressante.

Voir aussi notre page spéciale Veille documentaire COVID-19

Veille documentaire COVID-19

Le service Documentation assure une veille quotidienne sur les enjeux macroéconomiques de la pandémie de Coronavirus. Vous trouverez ici une sélection de notes et de rapports ainsi que, pour les ad...

    Veille documentaire Coronavirus : sélection du 11 au 15 octobre 2021

    19/10/2021

    Le service Doc de Rexecode assure une veille quotidienne sur les enjeux macroéconomiques de la pandémie de Covid. Vous trouverez dans cette rubrique une sélection de notes et de rapports récents. Les nombreuses publications repérées chaque semaine sur les enjeux et perspectives au niveau mondial, par grandes zones et pays, ou par secteurs, sont référencées dans le Bulletin de Veille réservé exclusivement aux adhérents.

    World Economic Outlook: Recovery during a Pandemic
    FMI, octobre 2021

    Les prévisions de croissance sont revues légèrement à la baisse (-0,1 point) pour 2021 en raison de la dégradation de la situation dans les pays avancés (en partie due à des ruptures d’approvisionnement) et de la situation sanitaire dans certains pays en développement. La croissance de l’économie mondiale est attendue à 5,9% en 2021 et 4,9% en 2022. Les pressions sur les prix devraient, pour la plupart, s’atténuer en 2022 mais persister sur les prix alimentaires dans certains pays en développement et émergents. La Covid reste la principale menace et la généralisation de l'accès au vaccin la priorité.
    Voir le document de la semaine.


    High Public Debt in an Uncertain World: Post-Covid-19 Dangers for Public Finance
    Econpol Policy Brief N°38, octobre 2021

    Dans cette note l'auteur met en garde les pays dont le taux d'endettement est élevé de ne pas simplement compter sur des taux d'intérêt bas pour rendre leur dette liée à la crise du Covid-19 soutenable. Maintenant que l'urgence sanitaire s'estompe, les gouvernements doivent tracer une nouvelle voie pour les finances publiques : des ratios d'endettement élevés représentent un danger, même lorsque les taux d'intérêt sont bas.

    COVID-19, Crypto, and Climate: Navigating Challenging Transitions
    FMI - Global Financial Stability Report, octobre 2021

    Bilan semestriel des marchés financiers internationaux et analyse du financement des marchés émergents dans son contexte mondial. Le rapport met notamment l'accent sur les déséquilibre financiers générateurs de risque pour la stabilité des marchés financiers ainsi que pour l'accès des pays émergents aux capitaux.

     

    FRANCE


    Point sur la conjoncture française à début octobre 2021
    Banque de France, octobre 2021

    En septembre, selon la dernière enquête de conjoncture de la Banque de France, l’activité s’est légèrement repliée dans l’industrie mais a progressé dans le bâtiment et les services marchands. Au total, sur le mois de septembre, la Banque de France estime à – ½ point la perte de PIB par rapport au niveau d’avant-crise, après –1% en août.
    Les difficultés d’approvisionnement se sont de nouveau accrues en septembre. La part des entreprises indiquant des difficultés de recrutement atteint 53%, après 50% en août. La hausse du PIB au troisième trimestre serait d’environ 2,3%, et l’activité se situerait en octobre presque à 100% du niveau d’avant-crise, estime la Banque de France.

     

     

    L'ensemble des notes repérées cette semaine sont dans le Bulletin de veille, disponible ci-dessous pour les adhérents uniquement.

    Suivre cette rubrique : alerte par mail ou flux RSS

    Veille documentaire Coronavirus : sélection du 4 au 8 octobre 2021

    13/10/2021

    Le service Doc de Rexecode assure une veille quotidienne sur les enjeux macroéconomiques de la pandémie de Covid. Vous trouverez dans cette rubrique une sélection de notes et de rapports récents. Les nombreuses publications repérées chaque semaine sur les enjeux et perspectives au niveau mondial, par grandes zones et pays, ou par secteurs, sont référencées dans le Bulletin de Veille réservé exclusivement aux adhérents.

    International Debt Statistics 2022
    Banque mondiale, octobre 2021

    Ce rapport publié sous différents titres depuis 1973, fournit des statistiques sur les stocks et les flux de dette extérieure de 123 pays émergents et en développement (à revenu bas à moyen), collectées dans le cadre du World Bank Debtor Reporting System. Cette édition analyse l'impact de la crise Covid sur la dette des pays émergents.

    Insolvencies : We'll be back
    Allianz, Euler Hermes, octobre 2021

    Après 2 ans de recul, les défaillances d’entreprises au rebond en 2022 en France (+40%) et dans le monde (+15%). Grâce à un soutien étatique massif, les défaillances d’entreprises à l’échelle mondiale ont reculé en 2020 (-12%) et devraient poursuivre sur la même tendance en 2021 (-6%). Selon Euler Hermes, elles devraient repartir à la hausse en 2022 (+15%), restant toutefois à un niveau inférieur à celui constaté avant la crise (-4%).

     

    FRANCE

     

    Après l’épreuve, une reprise rapide mais déjà sous tensions
    Insee – Point de conjoncture, 6 octobre 2021

    Sur le plan économique, et en particulier sur le marché du travail, l’onde de choc a été largement amortie. L’emploi salarié a ainsi dépassé son niveau d’avant-crise dès le deuxième trimestre 2021. Le rythme des créations ralentirait quelque peu d’ici la fin de l’année, mais au total environ 500 000 créations nettes d’emplois salariés succéderaient aux quelque 300 000 destructions nettes enregistrées en 2020.
    Dans le même temps, l’activité économique retrouverait globalement – mais sans le dépasser, contrairement à l’emploi – son niveau d’avant-crise d’ici la fin de 2021. En moyenne annuelle, la prévision de croissance pour 2021 (de l’ordre de +6 ¼ %, après –8,0 % en 2020) est donc inchangée par rapport au précédent Point de conjoncture.

    La sécurité sociale. Rapport sur l'application des lois de financement de la sécurité sociale
    Cour des comptes, octobre 2021

    L’épidémie de Covid 19 a provoqué en 2020 le déficit le plus élevé jamais enregistré par la sécurité sociale, représentant 1,7 point de PIB. Proches de l’équilibre en 2019 et après avoir subi en 2020 un déficit d’ampleur inédite (- 39,7 Md€), les régimes obligatoires de base de sécurité sociale et le Fonds de solidarité vieillesse (FSV) connaîtront encore en 2021 un fort déséquilibre financier (- 34,8 Md€ de déficit prévisionnel).

    La dette publique au XXIe siècle : une analyse de la dynamique de la dette publique avec Debtwatch
    OFCE - Policy Brief N°93, 11 octobre 2021

    L’OFCE lance Debtwatch, un outil qui permet, à partir d’une cible de dette publique, de quantifier l’effort budgétaire nécessaire et d’en évaluer l’impact macroéconomique pour une douzaine de pays dont la France. Selon les simulations de l’Ofce, stabiliser la dette à son niveau actuel dans les 20 prochaines années supposerait une hausse permanente d’environ un point du taux de prélèvements obligatoires par rapport au niveau pré-Covid. Réduire la dette publique à 100% et 60% du PIB impliquerait des hausses des taux de PO, de l’ordre de 3 et 6 points respectivement d’ici 2030.
    Voir le Document de la semaine

     

    L'ensemble des notes repérées cette semaine sont dans le Bulletin de veille, disponible ci-dessous pour les adhérents uniquement.

    Suivre cette rubrique : alerte par mail ou flux RSS

Document de la semaine

Sélectionné par la Documentation, le Document de la semaine met en avant une publication du bulletin de veille hebdomadaire, généralement sur d...

    Le FMI abaisse légèrement ses prévisions de croissance mondiale pour 2021

    Perspectives de l’économie mondiale – FMI, octobre 2021

    18/10/2021

    Le FMI revoit légèrement à la baisse ses prévisions de croissance économique mondiale pour 2021 (-0,1 point). Cette révision modeste masque d’importantes dégradations pour certains pays, notamment pour le groupe des pays en développement à bas revenus. Les pays avancés retrouveraient leur trajectoire d’avant la pandémie d’ici à 2022, mais à court terme, leur croissance est freinée par les perturbations dans les chaînes d’approvisionnement.

    FMI WEO couverture

    Dans ses dernières perspectives mondiales, le FMI revoit légèrement à la baisse ses prévisions de croissance (-0,1 point) pour 2021 en raison de la dégradation (1) de la situation dans les pays avancés (en partie due à des ruptures d’approvisionnement), (2) de la situation sanitaire dans certains pays en développement. La croissance de l’économie mondiale est attendue à 5,9% en 2021 et 4,9% en 2022. Après 2022, la croissance mondiale serait plus modérée pour s’établir à environ 3,3% en 2026.

    La "dangereuse divergence des perspectives économiques entre les pays reste une préoccupation majeure".
    La production du groupe des pays avancés devrait retrouver sa trajectoire d’avant la pandémie en 2022 et la dépasser de 0,9% en 2024. Autrement dit, leur production serait alors "supérieure à celle prévue dans les projections à moyen terme établies avant la pandémie". En revanche, la production du groupe des pays émergents et des pays en développement (hors Chine) devrait rester inférieure de 5,5% en 2024 au niveau attendu dans les prévisions pré-Covid. Pour la Chine, l’écart serait de -2,1%.

    Cette divergence résulte de la "Grande Fracture vaccinale" (96% de la population des pays à faible revenu n'est pas vaccinée, 64% dans les pays émergents), et de fortes disparités dans l’ampleur des soutiens publics, notamment dans les mesures destinées à augmenter la production potentielle. L’insuffisante couverture vaccinale mondiale constitue un risque exploré dans un scénario de Covid endémique, avec un impact prolongé à moyen terme. Dans ce scénario, le PIB mondial serait inférieur de 5,3 milliards de dollars cumulés au cours des cinq prochaines années par rapport à la projection actuelle.

    Les pressions sur les prix devraient, pour la plupart, s’atténuer en 2022 (voir Ch2) mais persister sur les prix alimentaires dans certains pays en développement et émergents. Les risques d’inflation restent orientés à la hausse et "pourraient se concrétiser si les inadéquations entre l’offre et la demande dues à la pandémie se poursuivent plus longtemps que prévu".

    En France, la croissance atteindrait 6,3% du PIB en 2021 puis 3,9% en 2022. Le déficit rapporté au PIB serait selon le FMI de -7,5% en 2021, -4,6% en 2022 et -3,4% en 2026. La dette publique s’élèverait à 116,9% en 2026, après une légère baisse en 2022, à 113,5%.

    World Economic Outlook: Recovery during a Pandemic
    FMI, octobre 2021

    Une reprise entravée et des lignes de fracture persistantes
    Blog du FMI - Gita Gopinath, 12 octobre 2021

     

    Voir aussi :

    Inflation scares
    FMI - World Economic Outlook, ch.2, octobre 2021

    La pandémie de Covid puis la reprise ont a déclenché de fortes fluctuations des prix dans certains secteurs. Le FMI privilégie le scénario d'une inflation plus soutenue dans les prochains mois (jusqu'à 3,6% dans les pays avancés, 6,8% dans les pays émergents) puis, à compter de mi-2022, un retour aux niveaux pré-Covid. Mais des risques d’accélération persistent.

    Les simulations de plusieurs scénarios de risques extrêmes montrent que les prix pourraient accélérer nettement en cas de perturbation continue des chaînes d’approvisionnement, de fortes fluctuations des cours des produits de base et de désancrage des anticipations d’inflation. Ces dernières ne semblent pas avoir été affectées par la crise mais, par le passé, des épisodes de désancrage et de spirale inflationniste sont associés à de fortes dépréciations des taux de change dans les pays émergents et à une brusque montée des déficits budgétaires et courants. À plus long terme, la relance par la dépense publique et les chocs externes pourraient aussi contribuer à ce désancrage.

    Global Financial Stability Report - COVID-19, Crypto, and Climate: Navigating Challenging Transitions
    FMI, octobre 2021

    Fiscal Monitor - Strengthening the Credibility of Public Finances
    FMI, octobre 2021

    L’OFCE présente un outil d’évaluation des cibles d’endettement public et de leurs conséquences économiques

    La dette publique au XXIe siècle: une analyse de la dynamique de la dette publique avec Debtwatch - OFCE, octobre 2021

    12/10/2021

    L’OFCE lance un outil qui permet, à partir d’une cible de dette publique, de quantifier l’effort budgétaire nécessaire et d’évaluer l’impact macroéconomique pour une quinzaine de pays dont la France. Debtwatch permet également de simuler les effets de divers scénarios (hausses de taux, croissance potentielle plus ou moins forte, etc.). Le modèle sous-jacent et des résultats de simulations sont présentés dans une note.

    Policy Brief, OFCE, oct.2021

    Les économistes de l’OFCE présentent, dans une note publiée ce 11 octobre, Debtwatch, une application librement accessible, visant à nourrir le débat sur la politique budgétaire et en particulier sur les objectifs en matière de dette publique. Les auteurs précisent que Debtwatch s’intéresse surtout à "l’évolution de long terme de la dette publique et qu’il convient de rester prudent sur ses préconisations à court terme".

    A partir d’une cible de dette, l’application calcule l’effort budgétaire nécessaire et ses conséquences sur la croissance et l’emploi.

    Debtwatch propose de choisir une cible de dette (en % du PIB à un horizon donné), puis le modèle ajuste la politique budgétaire ou fiscale en fonction de l'écart à la cible, d’hypothèses macroéconomiques ajustables, et des effets multiplicateurs des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires.

    Le modèle permet d’observer les conséquences de cet ajustement budgétaire sur les variables macroéconomiques telles que le chômage, la croissance, ou l’inflation et les variables de finances publiques. L’objectif est d’évaluer globalement le réalisme de la cible de dette choisie.

    L'utilisateur peut combiner un ensemble d’hypothèses sur la politique budgétaire (poids relatif des prélèvements obligatoires et de la dépense publique par ex.), sur l’environnement monétaire (cible d’inflation, dette détenue par la banque centrale, écart de long terme taux souverain/croissance par ex.) ainsi que sur le chômage d’équilibre et la croissance potentielle. L’utilisateur peut intervenir sur des hypothèses avancées comme les multiplicateurs budgétaires.

    Les simulations sont réalisables sur la France, sur 12 autres pays européens dont le Royaume-Uni, ainsi que sur les États-Unis et le Japon.

    Synthèse réalisée par le service Documentation de Rexecode,

    cliquez sur le lien ci-dessous pour accéder au document.

    La dette publique au XXIe siècle : une analyse de la dynamique de la dette publique avec Debtwatch
    Xavier Timbeau, Eric Heyer, Elliot Aurissergues
    OFCE Policy Brief N°93, 11 octobre 2021

    A noter également sur la dette publique :

    Dette publique : un changement de paradigme, et après ?
    OFCE – Policy Brief N.92, 6 octobre 2021

    La note examine la dette publique française dans une perspective de moyen terme. Malgré un niveau d’endettement public très élevé en France (116% du PIB en 2021, 114% en 2022), la charge d’intérêts payée par l’État français n’a jamais été aussi faible depuis plus de 40 ans. Dans la zone euro, la spécificité de la France n’est pas tant l’augmentation de sa dette publique que le recours continu à l'endettement auprès de l’étranger, qui s’est accru pendant la crise de la Covid-19.

    Strengthening the Credibility of Public Finances
    Fonds Monétaire International, Fiscal Monitor, octobre 2021

    Ce chapitre montre que la crédibilité des programmes et institutions budgétaires est déterminante pour rassurer les financeurs et assurer la soutenabilité de la dette à long terme. Ainsi, lorsque les projections des prévisionnistes professionnels sont proches des annonces officielles, les charges d'emprunt peuvent baisser. Cependant l’expérience montre que ces scénarios sont soumis à de forts aléas, avec une incidence sur la dette de l’ordre de 12 et 16% du PIB sur un horizon de projection de 5 ans. Les réformes structurelles (retraites), une politique contracyclique, les règles d’encadrement de la dette ou du déficit sont aussi des facteurs importants de crédibilité.

    International Debt Statistics 2022
    Banque mondiale, octobre 2021

    Ce rapport fournit des statistiques sur les stocks et les flux de dette extérieure de 123 pays émergents et en développement (à revenu bas à moyen), collectées dans le cadre du World Bank Debtor Reporting System. Cette édition rend compte de l'impact de la crise COVID sur la dette des pays émergents.

Actualités

Etudes pour le débat public