Espace adhrent
Rester connecté
Page d'accueil > Rencontres et débats > Rexecode dans les médias
journal

Rexecode dans les médias

Les citations de nos travaux dans la presse ou les revues économiques, les entretiens accordés par nos économistes. Voir aussi les communications des économistes lors de conférences ou colloques.

Voir aussi notre chaîne Dailymotion.

Budget 2020: le pari de la consommation, l'oubli des engagements européens

- BFM Business, 26 septembre 2019

27/09/2019

Denis FERRAND

Sans surprise, le Budget 2020 que vient de présenter le Gouvernement français met l'accent sur le pouvoir d'achat des ménages avec des baisses d'impôt. Il entérine le virage amorcé fin 2018 en réponse au mouvement des "Gilets jaunes". Il stimulera probablement la consommation mais avec plusieurs mois de décalage. Par ailleurs, la trajectoire de réduction du déficit structurel est oubliée.

• Sur le pouvoir d'achat, le Budget 2020 ne fait que confirmer le virage amorcé fin 2018

Les première mesures avaient été adoptées dès décembre 2018 en réaction au mouvement des Gilets jaunes et sont ensuite montées en puissance. La baisse d'impôt sur le revenu actée dans le Budget avait ainsi été annoncée dès avril dernier et le calendrier de la suppression de la taxe d'habitation est connu depuis des mois.

De nouveaux arbitrages auront certes lieu lors du débat parlementaire, notamment pour ce qui concerne la création d'entreprise ou les microentreprises, mais l'orientation du Budget est sans surprise clairement tournée vers le pouvoir d'achat des ménages.

• Un effet immédiat sur le pouvoir d'achat mais différé sur la consommation

Les baisses d'impôt annoncées pour 2020 se traduiront-elles par un rebond de la consommation ? Probablement, mais il y a toujours un décalage entre l'adoption de mesures favorables au pouvoir d'achat et l'accélération de la consommation. L'Insee a évalué récemment à 2 ans le délais entre une mesure fiscale et sa pleine traduction dans la consommation.

Les mesures déjà prises, par exemple la prime exceptionnelle exonérée de prélèvement jusqu'à 1000€ en début d'année, ont bien eu un effet sur le pouvoir d'achat, par contre l'accélération de la consommation n'a pas encore eu lieu. On peut donc anticiper un rebond des dépenses des ménages dans les prochains mois, mais davantage en raison des mesures passées que de celles du Budget 2020.

• La trajectoire de réduction du déficit structurel ne répond pas à nos engagements européens

Sur le volet de la dépense publique, le Gouvernement renonce à son objectif ambitieux de réduction du nombre de fonctionnaires d'Etat sur le quinquennat. Quoiqu'il en soit, sans véritable réflexion sur le périmètre d'intervention de l'Etat, les suppressions de postes sous forme de "coups de rabot"sont particulièrement inefficaces.

Le Haut conseil des Finances Publique s souligne surtout dans son analyse du Budget 2020 que l'effort structurel de réduction du déficit est insuffisant et s'écarte de la loi de programmation des finances publiques de janvier 2018. Pour honorer nos engagements européens cette réduction devrait être de l'ordre de 0,3/0,5 points de PIB, ce n'est pas le cas.

After Business, Émission spéciale Budget 2020

BFM Business, 26 /09/2019

avec Denis Ferrand, directeur général de Rexecode. Laurent Vronski, directeur général d’Ervor. Gilles Carrez, député LR du Val-de-Marne et Mathieu Jolivet, journaliste BFM Business.

Emission animée par Stéphanie Coleau

Voir aussi :

La question du jour : le Budget 2020

BFM Business, 12 h L'heure H, 30/09/2019

émission animée par Hedwige Chevrillon

Un Budget 2020 sans ambition ?

BFM Business, Good Morning Business, 23/09/2019

Emission animée par Christophe Jakubyszyn

Actualités

Ne manquez pas