Espace adhrent

L'investissement productif en France

01/03/1999

Lorsqu'on s'interroge sur l'investissement productif, deux questions viennent à l'esprit. Investissons-nous suffisamment? Investissons-nous bien?

La question du niveau renvoie à l'idée qu'un investissement durablement trop faible finit par limiter physiquement les possibilités de croissance. La question de la qualité renvoie plutôt à l'idée d'une utilisation plus ou moins complète des techniques les plus performantes et à la rentabilité du capital investi.

Pour tenter de répondre à la première question, on peut examiner la situation de l'investissement (pour l'ensemble de l'économie française et pour chaque secteur d'activité) par rapport à ses tendances passées, par rapport à celle des pays (ou des autres secteurs) comparables. C'est l'objet du premier chapitre qui examine successivement les tendances longues de l'investissement et du capital en France, la mesure des prix L'investisselllent productif en France, qui pourrait fausser le jugement sur le niveau de l'investissement, les comparaisons internationales et intersectorielles et le taux d'investissement.

Pour répondre à la seconde partie, l'étude apporte quelques éclairages sur des points précis. C'est l'objet du second chapitre. L'investissement y est analysé au regard de la productivité globale des facteurs et de la rentabilité du capital investi. D'une part l'investissement est à rapprocher des mouvements de substitution du capital au travail et de leur conséquences sur la combinaison productive globale des facteurs. D'autre part, la rentabilité et la profitabilité du capital investi sont les principaux déterminants des décisions d'investissement. Un dernier éclairage cherche à savoir si la France est en retard en matière d'investissement en matériel informatique et si ce retard éventuel peut peser sur l'efficacité de la combinaison productive.

Voir aussi

Actualités

Ne manquez pas