Espace adhrent
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Points d’actualité > France : Nouveaux comptes, même langueur de l’activité

France : Nouveaux comptes, même langueur de l’activité

La situation économique en France au printemps 2014 - Propos d'actualité, mai 2014

19/05/2014

Sans surprise, l'activité économique a stagné en France au premier trimestre. L’objectif gouvernemental de croissance pour 2014 sera difficile à atteindre. Bien que le niveau du PIB ait été significativement relevé en raison de changements profonds dans la méthodologie des comptes nationaux, sa progression n'est pas plus vive qu’auparavant.

France : croissance du PIB en volume 2000-2014 (graphique)

La parution des comptes du 1er trimestre 2014 dans une nouvelle base conforme aux normes européennes, n’a pas réservé de grandes surprises. Le niveau du PIB a stagné (+0,1 % l’an par rapport au 4° trimestre 2013), là où nous attendions une très légère contraction (-0,2 % dans nos prévisions de mars). La contraction de la consommation et la rechute de l'investissement, des ménages comme des entreprises, ont pesé sur la demande.

Avec un acquis de croissance de seulement 0,3% au terme du 1er trimestre, l’objectif gouvernemental d’une croissance à 1% pour 2014 sera difficile à atteindre. Il suppose un redressement rapide et soutenu de l'activité encore imperceptible dans les enquêtes de conjoncture. Les enquêtes sur le climat des affaires ne confirment en effet pas les timides signaux positifs observés fin 2013. De surcroît l’évolution de l’emploi, notamment dans l’intérim, a été de nouveau négative début 2014.

Au total, bien que le niveau du PIB ait été significativement relevé en raison de changements profonds dans la méthodologie des comptes nationaux, il ne progresse pas de manière plus vive qu’auparavant.

- - - -

Note : La principale modification méthodologique introduite par le nouveau système de la comptabilité nationale, consiste à comptabiliser les dépenses de R&D et de système d'armes en FBCF et non plus en consommation intermédiaire. Le nouveau traitement des dépenses de R&D contribue à lui seul à relever de 41,5 milliards d’euros le niveau du PIB. Plus de détails dans ce Propos ainsi que dans le dossier méthodologique de l'Insee.

Actualités

Ne manquez pas