Espace adhrent
Rester connecté
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Veille documentaire > Document de la semaine > Déficit et dette publics : le bilan du quinquennat Hollande (Institut des politiques publiques)

Déficit et dette publics : le bilan du quinquennat Hollande (Institut des politiques publiques)

Bilan du quinquennat 2012-2017 : les finances publiques - Institut des politiques publiques, avril 2017

25/04/2017

En 2012, François Hollande prévoyait que le déficit public passerait sous la barre des 3% du PIB dès 2013, et d’atteindre l’équilibre budgétaire en 2017. Dans son bilan des finances publiques du quinquennat, l’Institut des politiques publiques déplore une politique budgétaire insuffisamment ambitieuse et plaide pour une meilleure lisibilité des dépenses publiques.

Selon l’Institut des politiques publiques * :

l’objectif fixé par F. Hollande d’atteindre un déficit nul en 2017 ne s’est pas concrétisé, pour moitié parce qu’il se fondait sur des hypothèses de croissance non réalisées, et pour moitié du fait "de mesures insuffisantes ou d’une volonté délibérée de maintenir un certain niveau de déficit".

Déjà, au cours de la période précédant la crise économique de 2008, les trajectoires de déficit prévues à l’horizon de trois ans se sont avérées systématiquement trop optimistes. Malgré la création en 2012 du Haut Conseil pour les Finances Publiques , ayant pour mission de juger la crédibilité des prévisions macroéconomiques du gouvernement, les projections de déficit restent biaisées à la hausse.

La réduction du déficit public entre 2012 et 2017 provient majoritairement de la hausse des prélèvements obligatoires (50 Mdrs par an), concentrées sur les deux premières années du quinquennat. La note souligne également que 36% de cette hausse des recettes fiscales est imputable aux mesures prises sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Les effets de la réduction des dépenses publiques sont "beaucoup plus modestes" (-0,93 point de PIB entre 2012 et 2017), et en grande partie attribuables à une diminution de la charge de la dette sur la période. L’auteur relève néanmoins que les effets des mesures destinées à faire des économies en dépenses sont très difficiles à évaluer, du fait du manque de lisibilité de la dépense publique dans les différents documents budgétaires. Ce qui plaide pour une refonte de la gouvernance des finances publiques.

* L'IPP est développé dans le cadre d'un partenariat entre l'Ecole d'Economie de Paris et le Centre de Recherche en Economie et Statistique (CREST)

Bilan du quinquennat 2012-2017 : les finances publiques - Institut des politiques publiques, Antoine Bozio, Sophie Cottet, Marion Monnet, Notes de l’IPP N°27, avril 2017

Voir également :

Les finances publiques en France et en Europe de 2007 à 2016 - Fipeco, François Ecalle, 25 avril 2017

Déficit public de la zone euro et de l'UE28 respectivement de 1,5% et 1,7% du PIB - Eurostat, communiqué de presse 67/2017, 24 avril 2017

Avis n°HCFP-2017-1 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au programme de stabilité pour les années 2017 à 2020 - Haut Conseil des Finances Publiques, 12 avril 2017

Actualités

Ne manquez pas