Espace adhrent
Page d'accueil > Presse > Rexecode dans les médias > Dix ans d’enquête sur la trésorerie des entreprises

Dix ans d’enquête sur la trésorerie des entreprises

- La Lettre du Trésorier, N. 322, mars 2015

01/04/2015

Denis FERRAND

L’enquête mensuelle de trésorerie des grandes entreprises et des ETI, réalisée en partenariat par l’AFTE et Coe-Rexecode, fête son dixième anniversaire. Les 110 vagues d’enquête menées depuis mars 2005 ont installé cet exercice parmi les indicateurs économiques de référence sur la situation financière des entreprises en France.

La réussite de l'enquête Trésorerie de Coe-Rexecode et de l'Association française des trésoriers d'entreprise ( AFTE ) tient à quatre facteurs : l'originalité de l'enquête, la variété de son questionnaire, sa capacité à détecter en temps réel des retournements d’activité, la fidélité des répondants.

Une enquête originale

Constatant l’absence d’indicateur mensuel public sur la situation de trésorerie des entreprises, Gérard Soularue, alors président de l’AFTE, a conçu le questionnaire initial en collaboration avec le Centre d’observation économique de la CCIP. Le questionnaire a été refondu à l’initiative de Philippe Messager (actuel président de l’AFTE) pour inclure les choix de placements des liquidités réalisés par les trésoriers, l’étendue du recours aux lignes de crédit de précaution ou encore la conformité des évolutions de la trésorerie avec les anticipations des trésoriers.

Un questionnaire varié

En interrogeant les trésoriers d’entreprise sur l’évolution de la trésorerie d’exploitation et de la trésorerie globale, sur l’impact éventuel des facteurs externes, sur l’évolution des délais de paiement, sur les conditions du financement extérieur et enfin sur les véhicules privilégiés de placement, l’enquête aborde de manière très rapide un large spectre de questions clés de leur activité. Elle offre également une vue synthétique sur des questions qui ont fait à un moment ou un autre l’actualité économique et financière de ces dix dernières années, riches en soubresauts d’ampleur exceptionnelle.

Détection en temps réel des retournements d’activité

Dès la mi-2007, bien avant la crise financière de 2008-2009, l’enquête avait amorcé un retournement à la baisse. L’enquête a aussi indiqué très tôt, dès le mois de janvier 2009, que la crise brutale de l’hiver 2008-2009 ne s’amplifiait plus. Elle a également permis de détecter rapidement les vagues de durcissement des conditions du crédit de 2007 et du printemps 2011. A titre d’illustration, au paroxysme de la crise, en décembre 2008, 58% des trésoriers jugeaient difficiles leurs recherches de financement et aucun ne les jugeait aisées. Plus récemment, l’enquête a montré comment l’évolution à la baisse du prix du pétrole exerçait une influence positive sur l’évolution de la trésorerie.

Des répondants fidèles

Le taux de réponse au questionnaire, adressé aux seuls adhérents de l'AFTE, est un peu supérieur à 20%. Un taux particulièrement élevé au regard du caractère facultatif de l'enquête. Le nombre de répondants (environ 150 en moyenne) reste toutefois encore un peu faible pour assurer une représentativité assez fine des entreprises et permettre une décomposition sectorielle des résultats.

Trois enjeux pour le développement de l’enquête AFTE-Coe-Rexecode

Mobilisation accrue des trésoriers. Le panel étant relativement étroit, l'objectif est d'atteindre un taux de répondants de 30% d’ici un an. Cela passe notamment par une restitution régulière des résultats.
Projeter l’évolution à très court terme des trésoreries. Ajouter une question sur l’anticipation de l’évolution de la trésorerie des entreprises serait utile.
Lancer des études économétriques. Un historique de dix ans constitue une bonne base pour des études reliant les indications qualitatives fournies par l’enquête avec des indicateurs quantitatifs. Après avoir passé le test de la pertinence, c’est au test de la recherche académique que les résultats de l'enquête trésorerie peuvent désormais se prêter.

Lire l'article complet ci-dessous :

Actualités

Ne manquez pas