Espace adhrent
Page d'accueil > Presse > Rexecode dans les médias
journal

Rexecode dans les médias

Les citations de nos travaux dans la presse ou les revues économiques, les entretiens accordés par nos économistes. Voir aussi les communications des économistes lors de conférences ou colloques.

Voir aussi notre chaîne Dailymotion.

Déficit commercial record en 2022: l'éclairage du Bilan de la compétitivité française par Rexecode

- 7 février 2022

07/02/2023

En 2022, le solde commercial de la France est déficitaire de 163,6 Mds€, soit quasiment le double du précédent record historique de 2021. Ce chiffre des Douanes, publié le 7 février et largement commenté dans la presse, confirme l'estimation de Rexecode parue et analysée dans son Bilan 2022 de la compétitivité française. Ce record s'explique pour une bonne part par l'alourdissement de la facture énergétique mais celle-ci n'est pas seule en cause. Hors énergie, la dégradation du déficit résulte principalement du solde des échanges de biens manufacturés, dégradation qui concerne quasiment tous les postes. Les citations.

Une Le Monde 7/2/23

La France essuie le pire déficit commercial de son histoire en 2022
LES ECHOS - 07/02/2023

"Si l'on compare par rapport à 2019, seule 60% de la détérioration du déficit commercial en 2022 découle de l'énergie, 40% provient de l'aggravation du déficit hors énergie, et la dégradation concerne toutes les branches de l'industrie", observe Olivier Redoules, économiste chez Rexecode. Dans des travaux récents, l'expert montre d'ailleurs qu'entre 2019 et 2022, la part des exportations françaises de biens dans le total de la zone euro a reculé de 0,9 point. Olivier Redoules estime toutefois qu'une amélioration est possible cette année : "Le déficit commercial hors énergie pourrait se réduire en 2023, estime-t-il. Les ventes d'aéronautique et d'automobile devraient rebondir avec l'atténuation des contraintes pesant sur la production. Par ailleurs, les nouvelles conjoncturelles sont plutôt positives". Pour le reste "la situation est trop incertaine et dépendra de l'évolution du contexte énergétique". Nathalie Silbert

Le déficit commercial de la France a presque doublé en 2022 pour atteindre 164 milliards d’euros
LE MONDE.fr - 07/02/2023

De cette année atypique émergent, malgré tout, quelques signaux encourageants. L’institut Rexecode souligne ainsi que les entreprises hexagonales ont légèrement amélioré leurs parts de marché: la part de la France dans les exportations de la zone euro entre 2021 et 2022 a augmenté de 0,3 point pour les biens et de 0,2 point pour les services. Rexecode se félicite également de la dynamique des investissements dans le secteur manufacturier et de la légère augmentation de la part des emplois industriels en France, deux points qui "suggèrent que les capacités de rebond existent". Béatrice Madeline

Commerce extérieur : la facture énergétique, un gouffre pour la France
LE FIGARO - 07/02/2023

Aujourd’hui, on constate une très légère amélioration de la part des exportations françaises dans les ventes à l’étranger de la zone euro, qui atteint 11,9%. Mais celle-ci demeure inférieure de 0,9 point à son niveau de 2019 du fait d’un recul sur les biens (-1,2 point), alors qu’elle s’est globalement bien maintenue sur les services (+0,2 point). Et Rexecode de rappeler que, sur les trois dernières années, la France a perdu du terrain par rapport aux autres grands pays de la zone euro comme l’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas, qui ont vu leur situation s’améliorer en raison d’une meilleure organisation de l’appareil exportateur et d’un rapport qualité-prix en leur faveur. L’Allemagne a, elle aussi, vu ses parts de marché reculer, mais dans des proportions moindres que la France. Notre voisin outre-Rhin a réduit son excédent commercial de moitié en 2022, mais celui-ci s’élève encore à 76 milliards d’euros. (...)

D’un autre côté, la perte de productivité du travail constatée entre 2019 et 2022 "touche la plupart des secteurs de l’économie, et notamment le secteur industriel. Elle est en outre plus marquée en France que dans les autres pays européens. Pour partie inexpliquée, elle pourrait refléter une perte durable de capacités productives de l’économie", prévient Rexecode." Marie Visot

Déficit commercial record en 2022 sur les biens, plombé par la facture énergétique
AGENCE FRANCE PRESSE - 07/02/2023

"Si on compare la situation à 2021, il y a un creusement de la facture énergétique qui explique à peu près 85% du total du creusement du déficit en 2022", souligne auprès de l'AFP Olivier Redoules, directeur des études pour l'institut Rexecode. "Le diagnostic change si on se compare à 2019", ajoute-t-il, soit avant la crise du Covid-19. "L'énergie explique beaucoup, mais les biens manufacturés hors énergie expliquent a peu près 40% de la dégradation du solde entre 2019 et 2022" , poursuit l'économiste, soulignant que "tous les postes de biens hors énergie ont creusé leur déficit entre 2019 et 2022 à l'exception de l'alimentation et du textile". De nombreux pays européens ont également été affectés l'an dernier par les prix de l'énergie. L'excédent commercial allemand a par exemple fondu de 56% l'an dernier. Malgré cela, "les Pays-Bas, l'Italie, et l'Espagne sont revenus à leur niveau de parts de marché à l'export de 2019, voire les dépassent, alors que la France est nettement en dessous", relève M. Redoules." Ali Bekhtaoui

Pourquoi la France affiche un déficit commercial record
LA CROIX.com,07/02/2023

Il est un indicateur qui doit aussi être analysé avec précision: la hausse des importations. Sur fond de consommation des ménages en berne, elles s’expliquent probablement par une bonne dynamique d’investissement des entreprises, une tendance encourageante pour les mois qui viennent. L’institut Rexecode met en avant une autre nouvelle encourageante: les exportations françaises vers le reste la zone euro ont progressé, améliorant ainsi les parts de marché tricolore entre 2021 et 2022 (+0,3 point pour les biens et 0,2 pour les services). Marie Dancer

Nouveau déficit commercial record pour la France !
L'OPINION - 07/02/2023

Dans une analyse sur la compétitivité du pays publiée la semaine dernière, l’Institut Rexecode soulignait "une légère amélioration de la part des exportations de biens et services de la France dans la zone euro entre 2021 et 2022", sur la base des neuf premiers mois de l’année. Cette éclaircie n’est toutefois pas suffisante pour regagner le terrain perdu depuis 2019, singulièrement pendant la crise du Covid. Rexecode souligne que la part des exportations françaises de biens et services dans celles de la zone euro, reste "inférieure de 0,9 point à son niveau de 2019". Et ce, du fait d’un recul sur les biens dans "presque tous les secteurs industriels".

De façon inquiétante, la France a perdu du terrain par rapport aux autres grands pays de la zone euro comme l’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas qui ont, eux, maintenu ou gagné des parts dans les exportations de la zone euro, souligne Rexecode. L’Allemagne a, elle aussi, perdu des parts de marché à l’exportation mais dans des proportions moindres que la France. Marc Vignaud

Le commerce extérieur français enregistre une dégringolade inédite en 2022... et son rebond semble incertain
L'USINE NOUVELLE - 07/02/2023

Même si la réindustrialisation est revenue en force dans les priorités du gouvernement, les résultats sont longs à se faire sentir. En 2022, la part de marché de la France dans les exportations de la zone euro a commencé à se stabiliser, après un brutal décrochage depuis 2019, selon une étude de Rexecode. Solène Davesne

Déficit commercial record : à quand la sanction ?
L’EXPRESS - 07/02/2023

On pourrait continuer à invoquer les mauvais vents venus d’Ukraine pour justifier cette catastrophe économique. Continuant ainsi à se voiler la face. Si l’impact du choc énergétique est réel, ces chiffres traduisent aussi une incapacité du pays à reconstituer une France industrielle exportatrice, malgré les appels au sursaut de ces dernières années et l’allègement de la fiscalité. Au mieux, l’hémorragie a-t-elle été stoppée. Comme le révèle une récente étude du cabinet Rexecode, la part des produits made in France dans le total des exportations européennes s’est littéralement effondrée depuis 2000. La France n’a pas descendu une marche, elle a dévalé l’escalier. Aucun autre pays n’a connu une glissade aussi violente alors que le poids de l’industrie manufacturière est tombé à 9% seulement de la richesse nationale dans l’Hexagone, contre 19% outre-Rhin, 15% en Italie ou encore 12% en Espagne. Béatrice Mathieu

Actualités

Etudes pour le débat public