Espace adhrent
Page d'accueil > Presse > Communiqués de presse > Le rapport de Coe-Rexecode sur l'écart de compétitivité France-Allemagne n’a jamais retenu les données erronées de l’enquête sur le coût du travail publiée en janvier 2011 par Eurostat

Le rapport de Coe-Rexecode sur l'écart de compétitivité France-Allemagne n’a jamais retenu les données erronées de l’enquête sur le coût du travail publiée en janvier 2011 par Eurostat

02/03/2011

Les chiffres définitifs de l’enquête ECMOSS sur le coût du travail publiés le 28 février 2011 par Eurostat (et révisant les chiffres publiés en début d’année pour 2008) ne changent rien à l’analyse de Coe-Rexecode sur la dégradation de la compétitivité française. En effet, nous n’avions pas retenu comme pertinents les premiers chiffres d’Eurostat publiés en janvier.

Les chiffres de l'enquête 2008 sur les coûts de la main d'oeuvre mis en ligne en janvier 2011 par Eurostat, sont naturellement cités dans le rapport de Coe-Rexecode Mettre un terme à la divergence de compétitivité entre la France et l'Allemagne (p.144 ). Car ces chiffres étaient publics et parmi les derniers diffusés. Mais :
- nous avons été les premiers à alerter l’Insee sur ce qui nous apparaissait comme une erreur
- nous avons écrit dans notre rapport aux pages 85 et 155 : « Nous ne retenons pas cet écart qui nous paraît suspect ».

On notera que les chiffres définitifs publiés le 28 février 2011 par Eurostat conduisent à un écart d’évolution supérieur à celui que nous avions retenu par précaution (10 à 15 % selon les sources)

Selon les données définitives publiées par Eurostat la hausse du coût du travail entre 2000 et 2008 est de + 38,1 % pour la France et de +17,2 % pour l'Allemagne. Ecart d’évolution : +17,9 % en défaveur des coûts français.

Notre analyse est totalement confirmée : la France a perdu son avantage comparatif, qui était d’être moins chère que l’Allemagne.
Nos parts de marché et notre industrie reculent. Nos prix à l’export ont augmenté plus vite que les prix allemands. Avec une même monnaie, cela ne pardonne pas. Le diagnostic est très clair.

Actualités

Etudes pour le débat public