Espace adhrent
Page d'accueil > Indicateurs et Graphiques > Enquête Trésorerie, Investissement et Croissance des PME > TPE et PME moins optimistes et plus attentistes, en anticipation du durcissement des mesures sanitaires

TPE et PME moins optimistes et plus attentistes, en anticipation du durcissement des mesures sanitaires

- Baromètre "Trésorerie, Investissement et Croissance des PME", Novembre 2020

16/11/2020

Après une amélioration au cours de l'été, la situation et les perspectives d'évolution de la trésorerie se sont de nouveau détériorées ces trois derniers mois, mais beaucoup moins fortement qu'au printemps dernier, selon les dirigeants de TPE et PME interrogés fin octobre. Les intentions d’investissement ont replongé tandis que près de la moitié des chefs d’entreprise déclarent réduire leurs investissements en 2020.

Baromètre TPE-PME nov. 2020 Trésorerie

• Après un rebond, la situation de la trésorerie des PME-TPE se dégrade à nouveau fin octobre, mais de façon bien moins marquée qu’au printemps. Surtout, les perspectives sont jugées défavorablement, la part des chefs d’entreprise anticipant une amélioration de leur trésorerie étant extrêmement faible (6%).

• Les intentions d’investissement ont replongé au 4e trimestre après le rebond du 3e trimestre. Seuls 41% des dirigeants de PME comptent investir cette année contre 53% un an plus tôt. Près de la moitié des chefs d’entreprise déclarent réduire leurs investissements en 2020 par rapport à l’an dernier (48%, + 3 points). Les besoins de renouvellement et/ou de modernisation des équipements constituent le principal motif de dépenses, même si la part des investissements consacrés à l’extension des capacités rebondit.

• Les conditions d’accès au crédit restent aisées, en particulier en ce qui concerne le financement de l’exploitation courante pour lequel seuls 13% des dirigeants déclarent avoir rencontré des difficultés, un point bas depuis le lancement de l'enquête. 17% des entreprises ont rencontré des difficultés pour financer leurs investissements.

• Les contraintes de demande relèguent encore au second plan les difficultés de recrutement. 60% des dirigeants citent les perspectives de demande dégradées comme principal frein à la croissance de leur entreprise. Viennent ensuite les difficultés de recrutement, puis le manque actuel de débouchés. Le poids de la concurrence est stable. Le niveau des fonds propres est perçu comme un frein à l’activité pour 18% des chefs d’entreprise.

Focus de cette édition : Les PME / TPE et les suites de la crise sanitaire

Actualités

Ne manquez pas