Espace adhrent
Rester connecté
Page d'accueil > Indicateurs et Graphiques > Enquête Trésorerie, Investissement et Croissance des PME > PME : des conditions financières très favorables mais quelques signes de ralentissement

PME : des conditions financières très favorables mais quelques signes de ralentissement

- Baromètre "Trésorerie, Investissement et Croissance des PME", septembre 2018

03/10/2018

Selon la dernière enquête Bpifrance Le Lab / Rexecode, la situation de trésorerie et l'accès au crédit des PME et TPE sont toujours très favorables. Dans un contexte de ralentissement de l’activité, l'évolution anticipée de l'investissement d'ici la fin de l'année est moins dynamique qu’en 2017 et les perspectives de demande sont jugées un peu plus incertaines. Les difficultés de recrutement restent néanmoins le principal frein à la croissance.

baromètre PME Bpifrance Le Lab - Rexecode - Trésorerie - sept 2018

Les principaux résultats du baromètre :

• Trésorerie : Après plusieurs trimestres de repli, la trésorerie des PME s’est améliorée au cours des 3 derniers mois. Pour les prochains mois en revanche, les PME anticipent une trésorerie plus tendue.

• Délais de paiement : Les délais de paiement des clients se sont raccourcis au cours des 4 derniers mois et restent toujours bien orientés.

• Investissement : Comme l'an passé à la même période, 60% des chefs d’entreprises ont déjà investi ou pensent le faire dans l’année. L’investissement serait en revanche globalement moins dynamique, en cohérence avec le ralentissement observé au 1er semestre après le pic de croissance de 2017. L'investissement vise surtout la modernisation et le renouvellement d’équipements (respectivement cités par 64% et 78% des PME déclarant investir).

• Accès au crédit : Les PME disposent d’un accès au financement jugé toujours très aisé, qu’il soit dédié à l’exploitation courante ou au financement de l’investissement. Il est même encore un peu plus aisé qu’il y a trois mois.

• Freins à la croissance : Les difficultés de recrutement sont plus que jamais perçues comme le principal frein à l’activité, devant le niveau de la concurrence. Elles sont citées par 56% des entreprises interrogées (contre 52% en mai dernier). La dégradation des perspectives de demande est citée par un quart des entreprises. A l’inverse, le manque de fonds propres n’est plus un frein important (seules 19% des TPE et PME en font état).

Actualités

Ne manquez pas