Espace adhrent
Page d'accueil > Indicateurs et Graphiques > Enquête Trésorerie, Investissement et Croissance des PME > PME/TPE : dégradation sensible de la trésorerie au 2ème trimestre et recul attendu de l’investissement

PME/TPE : dégradation sensible de la trésorerie au 2ème trimestre et recul attendu de l’investissement

- Baromètre "Trésorerie, Investissement et Croissance des PME", mai 2020

13/05/2020

Les dirigeants de TPE et PME interrogés fin avril font état d'une nette dégradation de la trésorerie depuis l'enquête de février et estiment que cette tendance s'accentuera sensiblement ces prochains mois. Si seuls 7% d'entre eux jugent ces difficultés insurmontables, 60% anticipent une baisse de l'investissement en 2020 alors que l'accès au crédit reste aisé. Dans le contexte du confinement, les contraintes de demande ont fortement progressé pour devenir, de loin, le principal frein à la croissance des PME.

Baromètre TPE-PME mai 2020 Trésorerie

• La trésorerie des PME s’est très fortement détériorée au cours des 3 derniers mois et se dégraderait encore plus sensiblement à court terme, 82% des PME anticipant une dégradation au cours des 3 prochains mois. La situation de trésorerie est également bien moins confortable. Notons toutefois que 10% des chefs d’entreprise la jugent aisée et 43% normale. Elle est difficile pour 47% d’entre eux.

• L’investissement est attendu en net recul en 2020. 37% des dirigeants comptent investir cette année, contre 55% il y a 3 mois. Le solde d’opinion sur l’évolution de ces dépenses chute de 51 points (à −51), 60% de chefs d’entreprise anticipant une baisse de leurs investissements. Les besoins de renouvellement et/ou de modernisation des équipements demeurent le principal motif d'investissement, meme si l’introduction de nouveaux produits/services et la mise en norme progressent.

• Les conditions d’accès au crédit restent aisées, dans un contexte de politique monétaire très accommodante. Seules 19% des entreprises ayant recours au crédit ont rencontré des difficultés pour financer leur exploitation courante, une proportion stable sur un an, et 17% pour le financement de leurs investissements, une proportion en légère hausse sur un an.

• Les contraintes de demande sont devenues le principal freins à la croissance. Dans le contexte du confinement de la population, 66% des dirigeants citent les perspectives de demande dégradées comme un frein contre seulement 29% au trimestre précédent. Elles détrônent les difficultés de recrutement qui ne sont plus citées que par 29% des dirigeants contre 55% au trimestre précédent.

Focus de cette édition : L’impact de la crise du Covid-19 sur les PME

Voir aussi

Actualités

Ne manquez pas