Espace adhrent
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Veille documentaire > Document de la semaine > Le Haut conseil des finances publiques développe une nouvelle méthode de prévision de l’emploi en temps de Covid-19

Le Haut conseil des finances publiques développe une nouvelle méthode de prévision de l’emploi en temps de Covid-19

Prévisions d’emploi des branches marchandes à l’horizon 2020-2021 : éléments d’analyse - Haut Conseil des Finances Publiques, 28 septembre 2020

28/09/2020

Selon le Haut Conseil des Finances Publiques, les méthodes habituelles de prévisions de l’emploi du secteur privé sont fragilisées par la crise sanitaire du Covid-19. La mise en place de mesures de protection des salariés et de soutien à l’emploi, ou encore l’importance nouvelle de l’effet de structure sectorielle sur l’emploi, appellent de nouvelles méthodes d’analyse, que le HCFP applique notamment à l’évaluation du scénario macroéconomique du Gouvernement dans son projet de loi de finances pour 2021.

rapport HCFP, sept 2020

La méthode traditionnelle de prévision d’emploi est mise à mal par l’épidémie de Covid-19. Or l’emploi constitue une variable importante dans l’examen par le Haut conseil des finances publiques (HCFP) des prévisions du Gouvernement.

Le HCFP propose une méthode d’estimation de l’emploi à horizon 2020-2021 adaptée à la situation exceptionnelle entraînée par la crise sanitaire. Il évalue l’impact sur l’emploi et la productivité des mesures sanitaires prises par les entreprises pour protéger leurs salariés, l’évolution de la structure sectorielle de l’économie française et l’effet inhabituel de rétention de main-d’oeuvre liée au recours massif au dispositif d’activité partielle. Puis il applique cette méthodologie à trois scénarios où l’activité se situerait fin 2020 à 4%, 6% ou 8% en dessous de son niveau de la fin 2019.

• Le HCFP estime la productivité tendancielle annuelle d’avant-crise à 1,0%.

Les mesures sanitaires entraineraient une perte de productivité estimée à environ 1%.

L’effet de structure sectorielle sur l’emploi paraît important depuis le déclenchement de la crise sanitaire, alors qu’il était très faible jusque-là. Il a ainsi contribué à réduire l’emploi de 1,4% au 1er trimestre, puis de 5,2% au 2ème trimestre au cours duquel les écarts entre secteurs ont été considérables. Au 4ème trimestre, l’effet de structure sur l’emploi varierait entre -0,8% et -1,9% selon les scénarios envisagés.

Au total, dans le cas où fin 2020, l’activité se situerait 4%, 6%, voire 8% en dessous de son niveau de la fin 2019, l'emploi pourrait reculer respectivement de -2,7%, -3,7% et -4,7%. Selon le HCFP, les incertitudes entourant cette estimation sont cependant élevées.

Le HCFP estime donc que la prévision d’emploi du Gouvernement pour 2020 "paraît élevée". A l’inverse, la prévision pour l'emploi en 2021 pourrait être un peu sous-évaluée par le Gouvernement : la productivité, amputée par les mesures sanitaires prises par les entreprises et par l’activité partielle de longue durée, pourrait en effet s’avérer plus basse que prévu.

Synthèse réalisée par la Documentation de Rexecode, voir ci-dessous les références du document

Prévisions d’emploi des branches marchandes à l’horizon 2020-2021 : éléments d’analyse
Vianney Bourquard, Cyprien Canivenc et Éric Dubois
Haut Conseil des Finances Publiques - Note d’étude n°2020-01, 28 septembre 2020

Avis n° HCFP-2020-5 relatif aux projets de lois de finances et de financement de la sécurité sociale pour l’année 2021
Haut Conseil des Finances Publiques - 28 septembre 2020

A noter : pour ses prévisions de croissance du PIB, le HCFP s’est aussi appuyé comme lors de chaque exercice sur les prévisions d’organisations internationales (OCDE, BCE), et nationales (Insee, Banque de France) et d’instituts de conjoncture tels Rexecode.

Actualités

Ne manquez pas