Espace adhrent
Rester connecté
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Veille documentaire > Document de la semaine > Compétitivité : l’Insee comptabilise la part du coût du travail direct et indirect dans la production en France

Compétitivité : l’Insee comptabilise la part du coût du travail direct et indirect dans la production en France

La part des bas et moyens salaires dans la production: l’importance des coûts indirects – Insee, 28 mars 2019

02/04/2019

Le coût de la main d’oeuvre étant un enjeu important de la compétitivité des entreprises, l’Insee a calculé le coût du travail direct et indirect dans la production des différents biens et services en France. Il observe notamment que la part du coût des bas et moyens salaires dans la production de biens manufacturés est plus que doublée une fois intégré le coût indirect, et que cette la part est moins importante pour les produits les plus exportés. Ces derniers intègrent davantage de consommations intermédiaires étrangères.

Pour mieux évaluer les effets potentiels des variations du coût du travail, et notamment les politiques d'allègement de charges sur les bas salaires, sur les coûts de production et la compétitivité des entreprises, l'Insee a calculé la part du travail, direct et indirect, dans le coût de production des biens et des services produits en France.

La production d’un bien ou d’un service mobilise les salariés de l’entreprise (travail direct), mais également des consommations intermédiaires dont la production fait, elle aussi, appel à des salariés (travail indirect). Dans ses calculs l’Insee ne tient pas compte en revanche du travail contenu dans les importations.

Cette décomposition des coûts permet d'évaluer une potentielle répercussion "en cascade" de modifications du coût du travail sur la valeur produite des biens ou des services. On observe, pour l'année 2015 :

• Sur l’ensemble des biens et services, le coût du travail direct et indirect représente 47% de la production en valeur. Deux tiers de ce coût vient du travail direct, et un tiers du travail indirect.

• La part du travail direct est plus faible pour les biens manufacturés (18%), peu intensifs en travail, que pour les services marchands (28%). En revanche, la part du travail indirect est relativement homogène entre les produits.

• Le coût direct des bas et moyens salaires (inférieurs à 1,6 Smic) représente en moyenne 4% du coût de production dans les biens manufacturés et 9% dans les services marchands. Avec pour ces derniers des variations importantes: moins de 5% dans les services employant davantage de salariés à rémunérations élevées (services financiers, informatiques, juridiques, comptables, ou de R&D), à plus de 20% dans les services d'hébergement et de restauration ou dans l'intérim.

• La prise en compte du coût du travail indirect augmente nettement la part des bas et moyens salaires dans la production. Elle atteint 10% de la production des biens manufacturés et 14% dans les services marchands.

• La part du coût du travail en France, direct et indirect, s'élève à 35% en moyenne pour les biens manufacturés les plus exportés, contre 39% pour les autres. Les biens manufacturés les plus exportés intègrent en effet plus de consommations intermédiaires étrangères, de l'ordre de 41% en moyenne contre 31% pour les biens manufacturiers vendus en France. Les biens les plus exportés sont aussi caractérisés par une part plus faible des bas et moyens salaires. Elle atteint 2% contre 5% dans les autres biens manufacturés pour le seul travail direct, et 8% en intégrant le coût indirect.

La part des bas et moyens salaires dans la production : l’importance des coûts indirects
Lorraine KOEHL et Olivier SIMON
INSEE Analyses N°45, mars 2019

Actualités

Ne manquez pas