Espace adhrent
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Synthèse conjoncturelle > La croissance plus forte en zone euro qu’aux Etats-Unis au premier trimestre relève de l’illusion d’optique

La croissance plus forte en zone euro qu’aux Etats-Unis au premier trimestre relève de l’illusion d’optique

- Synthèse du 2 mai 2022

02/05/2022

Les premières estimations des comptes nationaux ont ravivé les craintes de voir l’activité plier sous l’effet de l’accélération des prix et des contraintes d’approvisionnement. Alors que l’évolution des prix a changé de nature en zone euro en avril (moins d’énergie plus d’inflation de base), les évolutions des changes sont de nature à conforter le caractère symétrique des croissances américaine et européenne.

Avec -0,3 % en variation trimestrielle simple, le chiffre de la croissance américaine masque une dynamique maintenue de la demande interne. La zone euro enregistre une faible croissance (0,2 %) au premier trimestre en dépit du recul de la consommation des ménages.

Les anticipations de prix dans l’ensemble des secteurs laissent présager la poursuite du prélèvement de pouvoir d’achat des ménages européens. D'autant que l’évolution des prix a changé de nature en zone euro en avril : elle tient moins à l’évolution des prix de l’énergie et plus à l’inflation de base (services et produits industriels). Par ailleurs, les évolutions des changes sont de nature à conforter le caractère symétrique des croissances américaine et européenne.

En Chine, c'est principalement en raison des conséquences de la politique zéro-Covid sur le fonctionnement des chaînes d’approvisionnement que l’activité plie.

Actualités

Etudes pour le débat public