Espace adhrent
Rester connecté
Page d'accueil > Analyses et prévisions > A-noter > Croissance en France: de la prévision à la réalisation

Croissance en France: de la prévision à la réalisation

Un panorama des principaux instituts - Février 2020

05/02/2020

Denis FERRAND

L’Insee a publié le 31 janvier la première estimation du PIB en France en 2019. La croissance annuelle est estimée à +1,2%. Les Perspectives présentées aux adhérents de Rexecode en septembre 2018 anticipaient une croissance de 1,3%, soit un écart de 0,1 point. Nous avons calculé cet écart entre prévision et première estimation sur 20 ans pour les principaux organismes de prévision.

Nous avons calculé l’écart entre les prévisions des principaux instituts établies à l’automne (1) pour la croissance en France durant l’année à venir et la première estimation du PIB publiée par l’Insee une fois l’année écoulée (fin janvier). Ce calcul a été réalisé sur 20 ans d’exercice de prévision afin d’obtenir un score moyen pour chaque institut.

1- Ecart moyen en % entre la prévision et la croissance constatée. L’écart est calculé en valeur absolue sur la période 2000 à 2019

Ecart moyen en % entre prévision et croissance (2000-2019)

L’OCDE obtient le meilleur score, avec un écart entre la prévision et la 1ère estimation de 0,58 en moyenne sur 20 ans. Viennent ensuite la Commission européenne puis Rexecode.

La principale erreur d’anticipation est intervenue en 2008 pour la croissance de 2009. Les instituts ont alors effectué une erreur moyenne de prévision de 2,8% (Rexecode=2,9%).

 

2- Ecart moyen en % entre la prévision et la croissance constatée. L’écart est calculé en valeur absolue sur la période 2013 à 2019

Ecart moyen en % entre prévision et croissance (2013-2019

Si on observe la période récente (depuis 2013), Rexecode obtient le meilleur score avec une erreur moyenne de prévision de la croissance française de 0,24%

 

3- Anticipation des mouvements de conjoncture sur la période 2000 à 2019
Au-delà de l’écart entre le taux de croissance prévu et mesuré, nous avons également vérifié si le mouvement conjoncturel, autrement dit les accélérations ou les ralentissements de la croissance d'une année sur l'autre ont été correctement anticipés par les prévisionnistes.

Anticipation mouvement conjoncturel (20 ans)

Le mouvement conjoncturel a été correctement anticipé à 14 reprises sur 20 par : Rexecode, le Crédit agricole, la Société Générale, l’Ocde et la Commission européenne.

 

4- Anticipation du mouvement conjoncturel sur la période 2013 à 2019

Anticipation mouvement conjoncturel (2013-19)

Depuis 2013, Rexecode, le BIPE, le Crédit agricole et la Commission européenne ont anticipé correctement le mouvement de la conjoncture française à 5 reprises sur 7.

 

5- Nombre d'erreurs de prévision (sur 20 exercices de prévision) à la hausse et à la baisse

Erreurs prévision à la hausse et à la baisse (20 ans)

Pour l’ensemble des instituts, les prévisions se sont avérées en grande majorité trop optimistes. En tête des "optimistes" : le Gouvernement et l’OCDE dont les trois-quart des prévisions se sont avérées supérieures à la réalisation.

(1) Notes :

- Calcul Rexecode depuis les documents remis lors des réunions du groupe technique de la Commission Economique de la Nation puis depuis le Consensus Forecast d'octobre ou de novembre selon les prévisions disponibles. Seules les institutions rendant leur prévision publique depuis 20 ans sont incluses.

- Nous prenons en compte la prévision de croissance pour l'année n réalisée en septembre de l'année n-1. Dans le cas de l'OCDE, pour la période allant de 1999 à 2007, il s'agissait de la prévision réalisée en décembre de n-1 pour l'année n. Dans le cas de la Commission européenne, la prévision est publiée début novembre. L’écart est calculé en valeur absolue.

- Tableaux 3 et 4 : retenir la même prévision de croissance pour l'année n-1 et pour l'année n est considéré comme un défaut d'anticipation.

Actualités

Ne manquez pas